Port de Lomé : une grève annoncée à partir de lundi

Port de Lomé : une grève annoncée à partir de lundi

L’heure n’est pas à la quiétude au Port autonome de Lomé, plus précisément au parc des véhicules d’occasion. En effet, le Syndicat libre des transitaires du Togo (SYLITRANSTO) annonce une grève à compter de lundi 25 octobre, pour protester contre une décision de l’Union professionnelle des agrées en douanes (UPRAD-Togo) relative à la tarification.

Réunis en assemblée générale le vendredi 22 à Lomé (photo), ces transitaires accusent leurs collègues de l’UPRAD-Togo d’avoir délibérément créé un blocage depuis mercredi dernier.

En effet, explique Togo Breaking News, l’UEMOA a demandé aux acteurs de l’espace d’avoir un tarif unique pour que les clients soient mieux informés lorsqu’ils seront dans les pays membres. Selon le SYLITRANSTO, poursuit le journal, ce tarif devrait être préparé en bonne et due forme par les deux parties et publié pour situer les opérateurs sur les dépenses qui les attendent sur le marché. Ce qui n’a pas été le cas.

« SYLITRANSTO accuse l’UPRAD d’avoir inventé un système pour loger l’honoraire des déclarants en douanes dans la Société d’Exploitation du Guichet Unique pour le Commerce Extérieur au Togo (Seguce-Togo). Ce qui a entraîné entre les différentes parties une mésentente sur la question en mars dernier, et a suscité l’intervention des autorités », poursuit le site d’information. 

« A notre grand étonnement, nous voyons sur les réseaux sociaux le 19 octobre dernier, un communiqué, nous demandant d’aller déjà le 20, verser nos honoraires à la banque.  Nous ne savons même pas sur quelle base les calculs ont été faits. Le constat est qu’il y a une sorte d’augmentation sur nos prestations qui nous pousse à avoir peur de la fuite des clients vers les autres pays concurrents. Nous n’acceptons pas cela car ça n’avantage pas », a déclaré Komi Sodji Tona, le secrétaire général adjoint de SYLITRANSTO cité par le confrère.

Selon les informations rapportées par Togo Scoop, la nouvelle taxe – dénommée redevance ou honoraire transit – qui est entrée en vigueur le 20 octobre, oblige les transitaires ou les déclarants en douane à percevoir chez leurs clients des redevances qui vont de 65 000 F à 115 000 F selon le type de voiture.

 LIRE AUSSI. Un mouvement d’humeur signalé au port de Lomé


E-mail