Togo : vers la mise en place d’un Fonds national pour le développement du sport

Togo : vers la mise en place d’un Fonds national pour le développement du sport

Le parlement togolais a adopté le 4 mai 2021, un projet de loi fixant les règles d’organisation, de développement et de promotion des activités physiques et sportives au Togo. Le texte apporte des innovations à la loi n°2011-017 du 16 juin 2011 qui, selon le gouvernement, a révélé plusieurs insuffisances liées essentiellement à l’évolution des pratiques sportives. Parmi les innovations, la mise en place d’un Fonds national pour le développement du sport (Fonades).

Selon les informations données par 'Pour la patrie l'Union', une parution locale, ce fonds a pour but d’assurer la conjonction des efforts de l’Etat et de toute personne publique ou privée intervenant dans le financement du sport de soutenir matériellement et financièrement la pratique du sport. Les ressources de ce fonds, indique le bihebdomadaire, seront constituées de prélèvement sur les recettes de la loterie sportive à paris et à gains fixes, de prélèvement sur les sommes misées à l’occasion de toute forme de loterie et jeux de hasard, des taxes parafiscales selon des modalités à définir avec les services compétents

Parmi les innovations apportées à la loi, l’on cite également le transfert de la tutelle de l’enseignement de l’éducation physique et sportive aux ministères chargés de l’éducation nationale, la régularisation de la tutelle de l’Institut nationale de la jeunesse et des sports (INJS) qui passe désormais sous la coupole du ministère du ministère des enseignements supérieurs, et la création, en remplacement de la Fédération togolaise des sports scolaires et universitaires (FETOSSU), de deux fédérations, la fédération des sports scolaires qui sera exclusivement dédiée aux sports scolaires et la fédération des sports universitaires qui sera également dédiée aux sports universitaires.

Par ailleurs, la loi fait obligation à l’Etat d’organiser, de promouvoir et d’ouvrir des classes à option sportive dans l’enseignement secondaire, permettant un recrutement plus sélectif des élèves qui poursuivent leur scolarité dans une section sport-études.

"La nouvelle loi, qui a vocation à régir au plan national les activités physiques et sportives dans notre pays, intègre pleinement les nouvelles stratégies de développement socio-économique suivant les résolutions des Nations-unies et les engagements de la  Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la Francophonie", selon la ministre Lidi Kedeka Bessi-Kama des Sports et des Loisirs (photo).


E-mail