Togo : baisse du budget 2021 projeté à 1.521,6 milliards de F CFA

Togo : baisse du budget 2021 projeté à 1.521,6 milliards de F CFA

Le projet de loi de finances, exercice 2021, est projeté à 1.521,6 milliards de F CFA en charges et ressources selon le communiqué ayant sanctionné la réunion du conseil des ministres du 12 novembre 2020. Ce montant représente une baisse de 7,1% par rapport au budget rectificatif 2020 qui s’était établi à 1.638 milliards.

Ce projet de loi de finances consacre un montant de 445,1 milliards de FCFA aux secteurs sociaux, soit une hausse de 10,8% par rapport au budget 2020. La part relative de ces secteurs est de 53,7% des crédits budgétaires contre 52,9% dans le budget précédent, selon le gouvernement.

« Pour ce budget 2021, notre pays maintiendra une stratégie budgétaire prudente dans un contexte marqué par des incertitudes nées de la pandémie du coronavirus avec ses conséquences socio-économiques sans précédentes », indique le communiqué qui précise que 20 milliards de FCFA restent d’ailleurs mobilisés pour faire face à cette situation.

A noter que les recettes budgétaires baissent de 27,1 milliards de F CFA pour s’établir à 839,6 milliards de francs CFA, soit une baisse de 3,1% par rapport au budget 2020. Une baisse que l’exécutif explique par la chute de 78,6% des dons programmes.

Par ailleurs et en raison de la crise, le gouvernement annonce qu’il accentue davantage en 2021, sa politique de réduction des dépenses de l’Etat engagé en 2018. Ceci sera marqué par un abattement de 20% opéré sur les crédits de fonctionnement de tous les ministères et institutions « afin de financer une partie des projets et réformes contenus dans la feuille de route du gouvernement et répondre aux besoins sociaux ». Une initiative qui permet à l’Etat de gagner quelques 11 milliards de F CFA.

Selon le gouvernement, ce projet de loi de finances traduit la mise en œuvre du budget programme qui se matérialise, d’une part, par la déconcentration de la fonction d’ordonnancement et d’approbation des marchés publics ainsi que le renforcement du rôle des contrôleurs financiers, des responsables de programmes, des planificateurs et du suivi évaluation pour plus d’efficacité et d’efficience dans la gestion des ressources budgétaires axée sur les résultats ,et d’autre part, par la responsabilité accrue de ces ordonnateurs soumis désormais aux règles de la comptabilité publique et leur redevabilité devant la cour des comptes.

Après son adoption, ce projet de loi sera transmis au parlement qui devra le valider avant la fin de l'année.


E-mail