Monnaie : un rapport publié dans le cadre du colloque de Lomé sur l’Eco (intégralité)

Monnaie : un rapport publié dans le cadre du colloque de Lomé sur l’Eco (intégralité)

La Faculté des sciences économiques et de gestion (FASEG) de l'Université de Lomé organise du 26 au 28 mai 2021, un colloque international axé sur le thème : « quelle monnaie pour quel développement en Afrique de l’ouest ? ». Dans le cadre de la tenue de ces travaux, les organisateurs dont l’initiateur Kako Nubukpo, économiste togolais connu pour ses positions vis-à-vis du Franc CFA, ont publié un rapport sur le sujet sur la transition vers l'Eco dans la région.

A (re)lire aussi : – Kako Nubukpo annonce (encore) les Etats généraux de l’Eco

Ce rapport évoque quelques priorités qui s’imposent, selon les organisateurs, comme des urgences. Parmi ces dernières, l’urgence d’une meilleure intégration régionale des pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), basée sur une solidarité réelle. « Si l’Eco ne peut pas garantir une meilleure intégration régionale des pays de la CEDEAO, il peut néanmoins avoir un rôle moteur fort, en facilitant un véritable fédéralisme budgétaire, les échanges commerciaux, ainsi que la circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux », indiquent-ils dans le document de 320 pages.

A (re)lire aussi : – La mise en œuvre de l’Eco de nouveau repoussée

Par ailleurs, le rapport rédigé sous la direction de Kako Nubukpo propose quatre options – parmi d’autres – à la CEDEAO pour le passage à l’Eco : (i) l’Eco, simple avatar du franc CFA, qui parie sur l’élargissement progressif de l’UEMOA aux économies de la CEDEAO ayant le même profil d’exportatrices de matières premières agricoles qu’elle, (ii) l’Eco-réel fondé sur la convergence réelle, celle du PIB/tête et non plus, comme dans le cas de l’Eco-CFA, sur le respect des critères nominaux de convergence, (iii) l’Eco-Naira où l’on reviendrait à la philosophie initiale de la Zone monétaire ouest-africaine (ZMAO), fondée le 20 avril 2000 à Accra (Ghana), lorsque six pays de la région (Gambie, Ghana, Guinée, Liberia, Nigeria, Sierra Leone) ont annoncé leur intention de créer une seconde zone monétaire en Afrique de l’Ouest avec comme monnaie l’Eco (à côté du franc CFA de l’UEMOA), et (iv) l’Eco monnaie commune et non unique.

A (re)lire aussi : – Buhari souhaite un nouveau report de la mise en place de l’Eco

En rappel, l'Eco dont le lancement avait été prévu pour juillet 2020 ne devrait pas voir le jour de si tôt.  En 2020, les chefs d'Etat de la région s'étaient donnés au moins 3 ans pour y arriver. « Pendant cette période, bien évidemment, nous continuerons d’utiliser le franc CFA, qui est une bonne monnaie, appréciée de tous et surtout des pays voisins», avait déclara Alassane Ouattara en septembre.

A (re)lire aussi : – L'adoption de l'Eco n'est pas pour demain

En rappel, la CEDEAO est une organisation créée le 28 mai 1975. Elle regroupe 15 pays que sont le Bénin, le Burkina Faso, le Cap Vert, la Côte d'Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée Bissau, le Libéria, le Mali, le Niger, le Nigéria, la Sierra Leone, le Sénégal et le Togo.

Lire l'intégralité du Rapport des organisateurs des états généraux de l'Eco 


E-mail