Un Forum économique Togo-Russie en gestation

Un Forum économique Togo-Russie en gestation

Le Togo et la Russie ont convenu d’organiser un forum économique auquel prendront part leurs opérateurs économiques, apprend-on d’un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et des Togolais de Extérieur diffusé ce lundi.

L’objectif de cette initiative est de « renforcer » et de « promouvoir » les relations économiques entre les deux pays. Cette annonce fait suite à une rencontre entre le ministre Robert Dussey et son homologue russe Serguei Lavrov, ce week-end en marge de la Conférence de Munich sur la sécurité (photo).

« Les questions bilatérales ont été au centre des discussions entre les deux ministres qui se sont félicités de l'excellente qualité des relations de coopération et de partenariat qui existent entre leurs deux pays et ont convenu de les diversifier tout en les renforçant au mieux », indique le communiqué. Le ministre russe a, au nom de son Gouvernement, félicité le Gouvernement togolais pour les différentes réformes qu'il ne cesse d'engager et a salué les performances du Togo mises en exergue par le rapport 2020 du « Doing business », ajoute la même source.

« S’agissant des questions d’ordre international, le Ministre Robert DUSSEY a apprécié la nouvelle dynamique qui caractérise les relations entre l'Afrique et la Russie, marquée par la tenue du Sommet Russie-Afrique de Sotchi le 23 octobre 2019 », selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères du Togo.

En rappel, le président Faure Gnassingbé avait participé à ce sommet qui avait accouché d'une Déclaration dite de Sotchi, un document de base considéré comme une feuille de route pour des discussions entre la Russie et l’Afrique, en vue d’une vision commune de partenariat à l’horizon 2030.

Lomé adhère à une initiative internationale d’entraide fiscale

Lomé adhère à une initiative internationale d’entraide fiscale

Le Togo a adhéré, le 30 janvier 2020, à la Convention de l'OCDE sur l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale, élaborée en 1988 par le Conseil de l'Europe et l'OCDE et amendée en 2010 par un Protocole.

Lomé renforce ainsi son arsenal en matière de lutte contre la fraude et l’évasion fiscales. La signature de la Convention a été faite au siège de l'Organisation multilatérale à Paris par Calixte Batossie Madjoulba, l’Ambassadeur du Togo en France.

En rappel, la Convention multilatérale d'assistance administrative mutuelle en matière fiscale de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) est une entraide fiscale qui comprend l’échange d'informations sur demande, échange spontané, échange automatique, contrôles fiscaux à l'étranger, contrôles fiscaux simultanés et assistance au recouvrement des impôts et compte actuellement 136 pays signataires.

Elle a pour vocation de faciliter la coopération internationale pour une meilleure mise en oeuvre des législations fiscales internes, tout en préservant les droits fondamentaux des contribuables, et prévoit également toutes les formes possibles de coopération administrative entre les Etats en vue de l'établissement et du recouvrement de l'impôt.

Tête-à-tête entre Faure Gnassingbé et Umaro Sissoco Embalo, le nouvel homme fort de Bissau

Tête-à-tête entre Faure Gnassingbé et Umaro Sissoco Embalo, le nouvel homme fort de Bissau

Le président Faure Gnassingbé et son homologue Umaro Sissoco Embalo, nouvellement élu à la tête de la Guinée Bissau, se sont entretenus le 16 janvier 2020 à Pya au Nord du Togo.

Aucune déclaration officielle n’a été faite par les deux hommes. Les échanges ont porté sur « la coopération bilatérale et sous-régionale, ainsi que le raffermissement des liens déjà excellents entre Lomé et Bissau », indique le portail officiel de la République togolaise.

Le déplacement d’Umaro Sissoco Embalo au Togo intervient quelques jours après sa confirmation à la tête de la Guinée-Bissau, en succession de Jose Mario Vaz. Son périple l’avait déjà conduit à Brazzaville, à Abuja, à Dakar et Niamey selon les informations.

En rappel, le président Faure Gnassingbé s’était investi, en sa qualité de président de la Conférence des Chefs d’Etat de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), dans la résolution de la crise sociopolitique que la Guinée Bissau a traversé ces dernières années.

Le Togo porte une nouvelle initiative devant l’Union africaine

Le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et des togolais de l’extérieur a présenté lundi 10 février au 33e sommet de l'Union africaine (UA) tenu à Addis-Abeba, une communication portant sur le lancement de la « Décennie des Racines et des Diasporas Africaines ».

« Cette initiative togolaise, ‘Cadre de Lomé’, a pour ambition de mettre en place une plateforme de préparation et de promotion des projets, des initiatives et des événements portant sur les racines et les diasporas africaines », indique un communiqué. Elle vise principalement à « proposer une programmation périodique présentant les événements par pays et les opérations phares », à « offrir une vitrine internationale aux projets portés par les différents pays », à « assurer la coordination et la mise en cohérence des actions proposées » et à « mobiliser les participants pour les évènements proposés par les différents pays ».

Selon le communiqué, le ministre Robert Dussey (photo) a souligné le caractère inclusif du Cadre de Lomé visant à regrouper et à fédérer les initiatives en vue de renforcer le rôle et les contributions des personnes de racines africaines et des diasporas au développement économique du continent. Cette nouvelle initiative togolaise a requis l’adhésion d’une « grande majorité de pays » et « la Présidence de l’Union Africaine a tenu à réaffirmer l’importance de la question des racines et des diasporas africaines », précise la même source.

Il est annoncé, par ailleurs, que le Togo prépare à ce titre, le premier « Forum Économique des Diasporas Africaines » faisant ainsi de Lomé, la capitale des racines et des diasporas africaines.

Pour rappel, le 33e Sommet de l'UA s'est tenu les 9 et 10 février 2020 au siège de l'organisation en Ethiopie avec la désignation de Cyril Ramaphosa, le président de l’Afrique du sud à sa tête. Ce dernier était en visite de travail et d'amitié en décembre 2019 à Lomé.

 

Un forum économique Togo-Brésil en gestation

Un forum économique Togo-Brésil en gestation

La présidente de l’Assemblée nationale, Yawa Djigbodi Tségan, a reçu le 20 janvier 2020, l’ambassadeur brésilien au Togo, Antonio Carlos de Salles Menezes, dans le cadre de la préparation d’un Forum économique Togo-Brésil en gestation depuis quelques mois.

Cette visite a été l'occasion pour Antoniõ Carlos de Salles Menezes d’annoncer à la présidente de l’Assemblée nationale, la tenue d’un forum économique Togo-Brésil à São Paulo, la capitale brésilienne. « On l’a prévu justement pour 2020 et on va le faire », a confirmé le diplomate brésilien.

Rappelons que ce forum économique, dont l’idée est née lors du séjour du ministre togolais des affaires étrangères Robert Dussey en terre brésilienne l’an dernier, devra servir de cadre pour promouvoir le Plan national de développement (PND) et attirer les investissements brésiliens ainsi que les investisseurs du géant d’Amérique latine au Togo.

« Le Togo et le Brésil ont beaucoup de liens culturels, donc nous allons renforcer nos coopérations », a indiqué Antonio Carlos de Salles Menezes.

L'Union européenne décaisse 16 millions d'euros d'aide budgétaire au Togo

L'Union européenne décaisse 16 millions d'euros d'aide budgétaire au Togo

Le gouvernement togolais peut disposer désormais des 16 millions d’euros (environ 10,5 milliards de F CFA) à lui décaissés techniquement début décembre 2019 par l’Union européenne (UE).

En effet, les deux parties ont marqué ce mercredi 15 janvier, dans une cérémonie conjointe organisée à Lomé, le décaissement de la première tranche de l'appui budgétaire accordé de l'Union européenne au Togo sur la période 2019 – 2020. Il est composé d’une tranche fixe et d’une tranche variable, chacune d’une valeur de 8 millions d’euros.

« Ces fonds ont été transférés dans le compte unique du Trésor public du Togo à la BCEAO (banque centrale, Ndlr) et vont directement au financement du budget de l'Etat adopté par l'Assemblée nationale au titre de la loi des finances 2019 », indique un communiqué diffusé par la délégation de l’UE.

« La décision de décaissement s'est fondée sur les nombreux efforts soutenus du gouvernement togolais en matière de réformes économiques et d'amélioration du climat des affaires. L'Union européenne a également pris en compte les performances économiques, la mise en œuvre de la politique macroéconomique dédiée à l’assainissement budgétaire et la baisse de la dette publique », poursuit la même source.

Ce décaissement  représente une partie des 33 millions d’euros promis en décembre dernier sous forme de don dans les caisses de trésor public sur la période 2019 – 2020. L’appui budgétaire s’inscrit dans le cadre de la troisième phase du Contrat de Consolidation de l’Etat du Togo.

Recep Tayyip Erdoğan reçoit les lettres de créances d’un diplomate togolais

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a reçu cette semaine à Ankara, les lettres de créances des ambassadeurs de cinq pays dont le Togo.

Il s’agit, en effet, du diplomate Komi Bayédzè Dagoh, aussi accrédité auprès de la République d’Allemagne. Il officie également en Autriche, en Russie et en Bulgarie où il a d’ailleurs présenté ses lettres de créances au président Roumen Radev, le 30 janvier 2020.

L’objectif de la coopération entre le Togo et la Turquie est de développer les relations politiques et stimuler les échanges économiques. En avril 2019, lors du passage d’une mission économique de la Turquie à Lomé, le président de la Chambre du commerce et d'industrie du Togo (CCIT), Germain Meba, avait déclaré que son institution entretient des relations particulières avec la Turquie dans le cadre de deux grands projets que sont le laboratoire de contrôle qualité et mise aux normes avec l’appui de Turk Standarlari Enstitüsü, et la mise en place d’une agropole de 1000 hectares en collaboration avec la Société Almeks.

« Notre visite marque le point de départ d’importants partenariats avec le Togo », avait signifié la cheffe de délégation turque, Berna Akyildiz.

Selom Klassou et l’ambassadeur d’Allemagne parlent « Compact With Africa »

Selom Klassou et l’ambassadeur d’Allemagne parlent « Compact With Africa »

Le premier ministre Komi Selom Klassou a reçu ce mardi 21 janvier à la primature, l’ambassadeur de la République fédérale d'Allemagne au Togo, Matthias Veltin. Les échanges ont porté sur la participation du chef du gouvernement au deuxième sommet du G20 Compact with Africa sur l’investissement.

Il s’agit d’un forum tenu les 19 et 20 novembre 2019 à Berlin. « Le Compact with Africa est une opportunité pour notre pays le Togo », avait fait savoir le premier ministre à cette rencontre. « Le Togo a de bons projets notamment le Plan national de développement que nous avons élaboré sur une période quinquennale de 2018 à 2022. Nous demandons aux PME/PMI allemandes de venir investir au Togo », avait-il indiqué sur Tweeter.

En rappel, la délégation togolaise avait échangé avec des investisseurs économiques du G20 à Berlin sur les opportunités d'investissement dans le pays. « Le Togo a une bonne image auprès de nous, il est un pays francophone mais il attire l’Allemagne et c’est une destination privilégiée », dixit Mario Ohoven, le président de la Fédération allemande des petites et moyennes entreprises (BVMW).

L'Allemagne accorde une subvention de 22 milliards de F CFA au Togo

L'ambassadeur d'Allemagne au Togo, Matthias Veltin, et la ministre en de la Planification et de la Coopération, Demba Tignokpa, ont signé le 27 décembre 2019 à Lomé, un accord au terme duquel le Togo bénéficie d’une subvention de 33,7 millions d’euros (plus de 22 milliards FCFA) pour le financement du Programme d'approvisionnement publique de Base, la formation, l'emploi des jeunes et la santé.

A terme, indique-t-on, l’objectif est d’augmenter le niveau d’emploi des jeunes dans le pays, et d’améliorer l'accès de la population à des services de qualité. Selon Demba Tignokpa, cet appui qui « matérialise une fois encore l'importance de la coopération entre les deux pays » devra permettre « de financer la poursuite de la mise en œuvre des projets dont les résultats contribueront sans doute à l'atteinte des objectifs fixés par le PND ».

En partie, 15 millions d’euros seront consacrés à la phase 2 du projet Approvisionnement en énergie, et 10,7 millions consacrés à des travaux de réhabilitation, d’élargissement et d’équipement d’institutions de formation dans le cadre du projet formation professionnelle et emploi des jeunes. Les 8 millions d’euros restants serviront à la réhabilitation, l’extension et l’équipement des formations sanitaires de la région de la Kara.