Togo : un ancien ministre aux arrêts

Togo : un ancien ministre aux arrêts

Le président du Front des patriotes pour la démocratie (FPD), Djimon Oré, est gardé à vue au Service central de recherche et d’investigations criminels (SCRIC) à Lomé depuis le 29 avril 2021. L’ancien ministre de la Communication est accusé d’atteinte à l’honneur, de tentative de troubles aggravés à l’ordre publique et d’outrages envers les représentants de l’autorité publique.

Cette arrestation de l’ancien bras droit de Gilchrist Olympio - actuel chef de file de l'opposition - intervient après des propos tenus et diffusés lors d’une émission sur une radio privée de la place dans les sciages de la célébration du 61ème anniversaire de l’indépendance du Togo. Une interview dans laquelle Djimon Oré s’est montré très critique envers la France et le régime togolais au pouvoir depuis 54 ans.

« Le bilan en terme de sang versé, en terme de compatriotes togolais assassinés par la françafrique à travers le régime barbare, le régime de l’oligarchie militaro-clanique des Gnassingbé, le bilan c’est que le nombre d’assassinés au Togo dépasse de loin le nombre de ceux qui sont tombés au Rwanda et on parle de génocide rwandais. S’il faut faire de comparaison, c’est ça le bilan de l’indépendance du Togo de 1963 à nos jours. Plus de mort que le nombre de génocide rwandais », a-t-il déclaré avant d’ajouter que « sur le plan économique et financier, le Togo est en ruine. Aucune structure économique viable ».

 


E-mail