Le pouvoir d’achat des ménages sera le socle de notre croissance future [tribune]

Le pouvoir d’achat des ménages sera le socle de notre croissance future [tribune]

La réforme et l’innovation sociale expliquent la résilience de l’économie togolaise, engagée, depuis une décennie dans une profonde dynamique de transformation, explique Sani Yaya, le ministre de l’Économie et des Finances.


La crise sanitaire a montré la nécessité de renforcer la protection sociale et la résilience des acteurs économiques face aux chocs exogènes. L’an passé, la pandémie du Covid-19 a donné un coup d’arrêt à la croissance ininterrompue qu’avait connu le pays pendant une décennie, et qui s’était élevée, en moyenne, à 5% par an. En réagissant rapidement, en prenant les mesures adéquates pour limiter la propagation du virus, et en apportant un soutien décisif aussi bien au ménages les plus fragiles qu’au tissu entrepreneurial, le Togo a échappé à une récession que beaucoup pensaient inévitable. Son économie a enregistré une croissance positive de 1,8% en 2020, et son Produit intérieur devrait croître de 4,5% cette année. 

Mobiliser les capitaux africains pour créer notre propre valeur (Tribune)

Mobiliser les capitaux africains pour créer notre propre valeur (Tribune)

Par Eliane Alangba, Directrice Générale de NSIA Asset Management

La crise du Covid-19 a rappelé au continent africain les conséquences néfastes d’une trop grande dépendance à l’extérieur pour nos économies. Selon la CNUCED, les IDE à destination de l’Afrique ont baissé de 18 %, passant de 46 milliards de dollars en 2019 à 38 milliards de dollars en 2020. Évidemment, les pays les plus exposés sont ceux dépendant de l’exportation des matières premières ou du tourisme, mais l’ensemble des pays africains ont été touchés. Que cela soit par la perturbation des chaînes logistiques et d’approvisionnement ou par les restrictions sanitaires, aucune entreprise n’a été épargnée. Pour la première fois depuis 25 ans, le continent africain devrait connaitre la récession.

Autopsie des programmes du FMI en Afrique (3) : l’austérité, la potion magique devenue tragique

Autopsie des programmes du FMI en Afrique (3) : l’austérité, la potion magique devenue tragique

Avec un haut degré des connaissances des arcanes de l’économie et de la finance, le banquier malien Cheikhna Cissé, livre ici la troisième partie de son analyse sur les rapports entre le FMI et l’Afrique. Cette étude bien documentée intervient alors même que le G20, le Club de Paris, la Chine et les créanciers privés se seraient entendus sur un moratoire au profit des pays en développement (76 dans le monde dont 38 en Afrique) à condition que ceux-ci souscrivent à de nouvelles conditionnalités auprès du FMI. D’où l’intérêt de cette tribune, qui vient fort à propos.

Les gouvernements africains doivent se numériser afin de devenir plus innovants, plus inclusifs et plus résilients

Les gouvernements africains doivent se numériser afin de devenir plus innovants, plus inclusifs et plus résilients

Par Ryno Rijnsburger, Directeur des Nouvelles Technologies, initiative Microsoft 4Afrika
Donner l’exemple et sauvegarder le bien commun en Afrique

Donner l’exemple et sauvegarder le bien commun en Afrique

[Tribune de 9 personnalités africaines* sur la situation au Tchad] 

Depuis bientôt un an, l’Afrique vit au rythme des élections présidentielles caractérisées par de multiples tensions. Comment croire à la pratique «démocratique» et au droit des populations à choisir leurs dirigeants lorsque les élections sont devenues des exercices usuels de violation de l’esprit des institutions et une trahison de la promesse de lendemains meilleurs pour la jeunesse ? L’habillage démocratique auquel nous assistons à travers les simulacres d’élections a fini par lasser les populations qui ne croient plus aux vertus de la politique et aux bienfaits de l’exercice électoral qui devrait favoriser l’alternance et refléter la volonté populaire.

Autopsie des programmes du FMI en Afrique (2)

Autopsie des programmes du FMI en Afrique (2)

1- Une idéologie néolibérale survendue et pourfendue.

Dans cette nouvelle chronique relative aux rapports entre les Etats africains et le FMI et intitulée « Pourquoi les pays africains doivent-ils arrêter les programmes avec le FMI ?», l’émergentier Cheickna Bounajim Cissé, économiste, essayiste et expert des marchés bancaires africains, aborde la deuxième partie de son analyse consacrée à l’autopsie des programmes du FMI sur le continent. Sans faux-fuyant et avec des éléments factuels, il traite, successivement, de tous les termes qui irradient la polémique autour des politiques de l’institution de Bretton Woods en Afrique : «néolibéral», «austérité», «pauvreté», «croissance», «dette» et «aide».

Les avantages du Franc CFA [Tribune]

Les avantages du Franc CFA [Tribune]

Par Michel Kalife

L’avantage du Franc CFA est que les investisseurs n’ont pas à s’inquiéter des dévaluations à répétition de la monnaie nationale. De plus, les banques de la zone FCFA sont rassurées de ne pas perdre en valeur réelle les prêts accordés à leurs clients. Le seul défaut de la zone géographique du la zone FCFA provient des politiques économiques des différents gouvernements nationaux, qui sont indépendants de la banque Centrale. Tout le problème est là, la gouvernance politique et économique, à distinguer de la politique monétaire qui ne dépend que de la BCEAO, qui est indépendante tout comme la FED aux USA et la BCE en zone Euro.

Lutte anti-corruption : Le Togo cherche toujours la bonne formule

Lutte anti-corruption : Le Togo cherche toujours la bonne formule

Samiroudine Ouro Sama est Juriste, Défenseur des Droits de l’Homme (DDH), Spécialiste des questions de Gouvernance et de lutte contre la Corruption, Alumni CRL YALI DAKAR ; (00228) 97313991/92323853


Ce 9 décembre 2020, la journée internationale de lutte contre la corruption, organisée pour la première fois en 2008 à l’initiative de l’Organisation des Nations Unies (ONU), sera observée à travers le monde notamment au Togo. Elle commémore le lancement par les Nations Unies de la Convention mondiale contre la corruption qui est entrée en vigueur en décembre 2005. Pour cette édition, le thème retenu est « Rétablir avec intégrité ». Ce thème se concentre sur le rétablissement après COVID-19 grâce à la réduction de la corruption et souligne que le rétablissement inclusif après le COVID-19 ne peut se réaliser qu’avec intégrité. Il fait aussi référence au message du Secrétaire Général de l’ONU sur la corruption dans le contexte du COVID-19, qui reconnait le besoin de continuer à promouvoir l’application complète de la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC).

Paiements africains pour le développement africain

Paiements africains pour le développement africain

Les solutions de paiement africaines sont essentielles pour minimiser la fraude tout en améliorant la libre circulation des fonds afin de stimuler les affaires et l'activité économique