Ebola : retour de l’épidémie en Afrique de l’ouest

Ebola : retour de l’épidémie en Afrique de l’ouest

Les autorités guinéennes ont annoncé dimanche 14 février, huit personnes atteintes du virus de la fièvre Ebola dans le sud-est du pays, et parmi lesquelles quatre en sont mortes. C’est la première résurgence signalée de la maladie en Afrique de l'Ouest après la vague 2013-2016.

« Il y a une infirmière de Gouéké qui est tombée malade vers la fin du mois de janvier. Elle est décédée entre le 27 et le 28 janvier et a été inhumée le 1er février », indique le responsable de l'Agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS), le Dr Sakoba Keïta, cité par le site GuinéeMatin. « Parmi ceux qui ont participé à l'enterrement, huit personnes ont présenté des signes: diarrhées, vomissements et saignements. Trois d'entre eux sont décédés et quatre autres sont hospitalisés à Nzérékoré », a-t-il ajouté.

Un des patients s'était d’ailleurs « échappé » selon Sakoba Keïta, mais a été retrouvé et a été hospitalisé à Conakry.

« On est vraiment préoccupés », a déclaré samedi 13 février, le ministre de la Santé, Rémy Lamah, cité par l'AFP.

Au sortir d’une réunion d’urgence tenue ce dimanche à Conakry, les autorités ont décidé de délimiter la zone de contamination et d’identifier tous les cas contacts, de soigner les malades en attendant l’arrivée de nouveaux vaccins tout en procédant à des investigations pour identifier la source de cette résurgence. La dernière épidémie qui s’était déclarée en 2013 avait coûté la vie à 11.300 personnes dans le pays.

Dans un communiqué, l'OMS a indiqué qu'elle « travaille déjà » avec le Liberia et la Sierra Leone – également touchés entre 2013 et 2016 – pour renforcer la vigilance, et qu'elle est en contact avec « la Côte d'Ivoire, le Mali, le Sénégal, et les autres pays à risques dans la sous-région ». Ceci, dans un contexte marqué par la lutte contre la pandémie de covid-19.


E-mail