« La question du couvre-feu est toujours sur la table », d’après le gouvernement

« La question du couvre-feu est toujours sur la table », d’après le gouvernement

« La question du couvre-feu est toujours sur la table », selon Christian Trimua, ministre des Droits de l’Homme et des Relations avec le Parlement, et porte-parole du gouvernement. Déclaration faite lors d’une conférence de presse animée le 24 mars 2021 au terme du conseil hebdomadaire des ministres sur les nouvelles mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus (Covid-19).

Selon le ministre, le gouvernement souhaité « simplement de ne pas y aller », parce que le couvre-feu a une « incidence évidente sur les activités économiques de façon importante et derrière, il y a une prise en charge qui doit accompagner également ce couvre-feu et, dans la situation actuelle, une telle demande exige un peu plus de temps et donc, la mesure serait plus longue ». Toutefois, rapporte Togo Presse, le ministre a indiqué que le gouvernement se réserve le droit de décréter le couvre-feu si, éventuellement, il ne constate aucun changement dans le comportement des uns et des autres.

En rappel, l’exécutif avait annoncé une série de 17 mesures pour limiter la propagation du virus qui avait déjà provoqué 105 décès sur 9.145 cas de contamination officiellement recensés à la date du 23 mars. Il s’agit, entre autres, de la poursuite des consultations et analyses afin d’envisager un couvre-feu selon l’évolution de la situation, et de la redynamisation du groupe mixte de surveillance Covid-19 (GMS) par un renforcement d’au moins 1000 personnels issus de la composante force de défense et de sécurité pour intensifier la surveillance. Le gouvernement a également annoncé l’accélération de la campagne de vaccination avec la mise en place d’une stratégie mobile, l’interdiction de tous les rassemblements de masse, le renforcement du contrôle au niveau des points de passage des frontières, du contrôle du respect du nombre de passagers dans les transports, et de la surveillance des lieux de cultes et des bars avec fermeture immédiate en cas de non-respect des gestes barrières.


E-mail