Le Sénégalais Makhtar Diop nommé DG de la SFI

Le Sénégalais Makhtar Diop nommé DG de la SFI

Le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, a annoncé le 18 février 2021, la nomination de Makhtar Diop en tant que directeur général et vice-président exécutif à la tête de la Société financière internationale (IFC), une branche du Groupe de la Banque mondiale en charge du secteur privé.

Près de 10 milliards de FCFA dégagés par Proparco pour soutenir les microfinances en Afrique subsaharienne

Près de 10 milliards de FCFA dégagés par Proparco pour soutenir les microfinances en Afrique subsaharienne

Le groupe Agence française de développement (AFD), représenté par sa filiale Proparco, a accordé le 13 décembre 2020 à Paris, un financement de 15 millions d’euros (dont 10 millions d'euros de garantie et d'un prêt de 5 millions d'euros), soit environ 9,84 milliards FCFA aux institutions de microfinance en Afrique Subsaharienne, en faveur de la Fondation Grameen Crédit Agricole.

Les USA retardent la désignation d'une Africaine à la direction de l'OMC

Les USA retardent la désignation d'une Africaine à la direction de l'OMC

C’est ce qu’on retient de la réunion des chefs de délégations des pays-membres tenue ce mercredi 28 octobre à Genève (Suisse). Les États-Unis qui ne s’étaient pas encore prononcés sur leur préférence entre les deux candidates en lice ont officiellement apporté leur soutien à la Sud-Coréenne Yoo Myung-hee, s’opposant ainsi à la désignation de la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala (photo) au poste de directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Nigeria : le Naira à son plus bas niveau en 10 mois alors que Abuja refuse la dévaluation recommandée par le FMI

Nigeria : le Naira à son plus bas niveau en 10 mois alors que Abuja refuse la dévaluation recommandée par le FMI

Entre le Naira nigérian surévalué de 18,5% selon le FMI, le Rand sud-africain sous l’emprise de l’effet domino de la relance l’américaine, le Cedi maintenu par les interventions massives de la Banque Centrale du Ghana, le Franc CFA adossé aux politiques de relance des pays de l’UEMOA, le Shilling Kenyan boosté par les envois de fonds de la diaspora et par l’Agriculture, le shilling Ougandais raffermi par les perspectives gazières et le Shilling Tanzanien en équilibre dynamique, voici le comportement des devises africaines.

Le FMI recommande une dévaluation du Naira

Le Naira est tombé à son niveau le plus faible en 10 mois, à 401 pour un dollar au guichet I&E, la hausse de la demande en dollars accentuant la pression sur le marché des changes. La devise du Nigeria a continué de perdre du terrain alors que la reprise de l’activité commerciale dans le pays a fait grimper la demande en dollars pendant que l’offre de devises était faible. Le Fonds monétaire international recommande que la Banque centrale du Nigeria (CBN) établisse une politique de change plus transparente et fondée sur le marché afin d’instaurer la confiance dans le marché. Le FMI a conseillé au Nigeria de dévaluer leur monnaie, affirmant qu’elle est actuellement surévaluée de 18,5% par rapport au marché officiel. Le Nigeria résiste à une telle décision, insistant sur le fait que de nouvelles dévaluations aggraveraient la situation économique et attiseraient l’inflation. “Dans la semaine à venir, nous nous attendons à ce que le naira reste stable autour de 475 à 480 sur le marché parallèle, alors que l’économie continue de faire face à une offre faible en dollars et à une forte demande pour le billet vert. Ce taux reflète les réalités du marché et le fait que la BCN travaille intensément pour maintenir sa stabilité, de sorte que nous ne prévoyons pas d’autres dépréciations à court terme. Nous nous attendons également à ce que le taux d’I&E converge lentement vers le taux du marché parallèle”, affirme Oghenefejiro Eduviere, FX Trading Associate Aza.

L’effet domino de la relance américaine sur le Rand

Le rand a progressé de 1,8 %, passant de 14,99 au dollar la semaine dernière à 14,72 le 10 février, soutenu par l’attente de nouvelles mesures de relance du gouvernement américain qui stimulent l’appétence pour le risque à l’échelle mondiale. La nouvelle administration Biden s’est efforcée de conclure un plan de relance de 1,9 milliard de dollars. Avec ce niveau massif de dépenses budgétaires, le dollar devrait s’affaiblir, créant une marge de manœuvre supplémentaire pour les actifs plus risqués soutenant le rand. Les données décevantes sur les salaires aux États-Unis constituent un soutien externe supplémentaire au Rand. Le renforcement de la monnaie devance le vote du budget de cette année, le 24 février, dans lequel Tito Mboweni, le ministre des Finances, devrait augmenter certains impôts et tenter d’améliorer l’administration fiscale afin de renforcer les finances du gouvernement. Nous nous attendons à ce que ces mesures soutiennent le Rand à moyen terme. Au cours de la semaine à venir, nous nous attendons à ce que le Rand reste stable, soutenu par les mesures de relance américaines et l’appétit accru pour le risque des investisseurs.

Les interventions de la Banque du Ghana maintiennent le Cedi stable

La stabilité a prévalu depuis le début de l’année pour le Cedi à environ 5,81 à 5,85 contre le dollar. Les entrées de portefeuille étrangères ont repris et devraient rester fortes cette année, les investisseurs internationaux recherchant des opportunités de rendements plus élevés sur les marchés des titres à revenu fixe et des capitaux. “Bien que certains analystes prévoient une dépréciation cette année, après des dépréciations de 8 % et de 12 % en 2018 et 2019, nous continuons de prévoir un taux stable à court terme. La Banque du Ghana devrait continuer à intervenir sur les marchés au comptant et à terme pour s’assurer que la monnaie locale ne se déprécie pas de manière drastique. Cette semaine, le Cedi s’est échangé entre 5.80 et 5.82, et nous projetons une gamme similaire dans les prochains jours”, estiment les analystes de Aza.

La livre égyptienne soutenue par un déficit commercial réduit

La Livre égyptienne a gagné en passant de 15,73 par rapport au dollar à 15,61 cette semaine au milieu des nouvelles favorables à propos du déficit commercial. Le déficit a chuté de 4,7 % en novembre 2020 pour s’établir à 3,3 milliards de dollars, comparativement à 4,7 milliards de dollars au cours du même mois de l’année précédente, selon l’Agence centrale pour la mobilisation et les statistiques publiques (CAPMAS) du pays. En novembre, les exportations ont diminué de 11,2 % pour s’établir à 2,2 milliards de dollars, comparativement à 2,5 milliards de dollars en novembre précédent, en raison d’une réduction des exportations de produits de base, y compris le pétrole, les vêtements et les produits alimentaires. Nous prévoyons que la Livre restera stable, soutenue par des indicateurs macroéconomiques relativement stables dans le pays.

La forte réaction face à la COVID-19 place le Sénégal dans une situation de reprise

Le Sénégal s’est relativement bien comporté pendant la pandémie de COVID-19 par rapport à ses principaux homologues, principalement en raison de ses institutions plus fortes, de son climat politique plus stable et de ses fondamentaux économiques positifs. L’année dernière, le pays – qui utilise le franc CFA, rattaché à l’euro à 655,96 francs CFA par euro – a réagi rapidement en imposant un état d’urgence de trois mois par décret présidentiel, qui s’est terminé en juin. Les politiques du gouvernement se concentreront maintenant sur la lutte contre les conséquences économiques de la pandémie tout en maintenant un vaste programme favorable aux entreprises. Le pays a élaboré un plan d’intervention national pour mettre l’économie sur la bonne voie, qui coûtera environ 7% du PIB. La croissance au cours des prochaines années sera stimulée par les projets d’hydrocarbures qui seront mis en œuvre et par de nouvelles activités d’exploration dans le secteur des minéraux, en particulier l’or. Bien que la pandémie puisse entraîner certains retards, la croissance sera encore soutenue par les grands champs de pétrole et de gaz qui devraient entrer en service entre 2023 et 2025.

Les envois de fonds et l’agriculture stimulent le Shilling kenyan

Le Shilling s’est amélioré pour se situer entre 109,15 et 109,55 Shillings par rapport au dollar, tandis que les entrées de la diaspora kenyane – principalement sous forme d’envois de fonds – et les exportations agricoles – principalement le thé et le café – ont repris. Parallèlement, la demande en dollars du secteur de l’énergie a diminué. Les attentes selon lesquelles le vaccin contre la COVID-19 sera bientôt mis en œuvre au Kenya ont également amélioré la confiance à l’égard des perspectives économiques du pays. Les entreprises de plusieurs secteurs – notamment l’éducation, les transports, le commerce de détail et les services financiers – ont commencé à stimuler leur activité économique. Nous prévoyons un renforcement continu du Shilling dans la semaine à venir.

Le Shilling ougandais se renforce alors que les investisseurs s’apprêtent à investir dans le pétrole et le gaz

Le Shilling ougandais s’est légèrement raffermi, passant de 3660 à 3670 Shillings par rapport au dollar cette semaine, en raison de la stagnation de la demande des secteurs manufacturier et énergétique et de l’amélioration des entrées de produits agricoles et des secteurs pétrolier et gazier. Le groupe Total E&P de la France et le Cnooc de la Chine devraient investir jusqu’à 10 milliards de dollars dans le pays au fil du temps. La Bank d’Ouganda a tenu une vente aux enchères de bons du Trésor de 245 milliards de shillings le 10 février et sa prochaine réunion du Comité de la politique monétaire (CPM) est prévue pour le 15 février. “Avec des réserves de change suffisantes – couverture des importations supérieure à cinq mois – et un marché monétaire interbancaire actif et une meilleure activité des entreprises, nous nous attendons à voir une légère appréciation du shilling dans la semaine à venir, alors que la reprise économique s’accélère après la perturbation de l’élection présidentielle et les inquiétudes suscitées par la pandémie de COVID-19”, estiment les analystes de Aza.

Le Shilling tanzanien stable au milieu des flux d’investissements aurifères

Le Shilling est resté stable à des niveaux de 2314 à 2324 pour le dollar. Les entrées de fonds ont égalé les sorties. L’inflation est passée de 3,2 % en décembre à 3,5 % en janvier, selon le Bureau national de la statistique du pays. Cela s’explique principalement par la hausse du prix des articles non alimentaires, tels que le matériel d’habillement et les loyers des ménages privés. Plus tôt cette semaine, Tanzanian Gold a déclaré qu’elle avait accepté de vendre 32,9 millions d’actions à un prix d’achat de 0,65 $ par action à un certain nombre d’investisseurs institutionnels, évaluant la vente totale à 21,4 millions de dollars. Le produit net sera utilisé pour le développement continu du projet aurifère de Buckreef au pays, y compris les dépenses en immobilisations, l’exploration continue, les frais généraux de l’entreprise et le fonds de roulement. Les bonnes conditions météorologiques en Tanzanie et le soutien du gouvernement aux agriculteurs en les aidant à chercher de nouveaux marchés devraient également améliorer les exportations de thé et de café. Nous nous attendons à une stabilité du Shilling grâce à la poursuite des investissements étrangers dans l’économie et aux entrées de produits agricoles à l’exportation, explique Terry Karanja Treasury Associate, AZA.

Bulletin des devises africaines offert par Aza, opérateur non bancaire de fournitures de devises, et présenté par le journal spécialisé Financial Afrik

Moody’s confirme la note « AAA » de la dette à long terme de la BAD

Moody’s confirme la note « AAA » de la dette à long terme de la BAD

[Communiqué de presse] - La notation financière confirmée par Moody’s fait écho aux affirmations précédentes de la note AAA avec perspective stable de la Banque par les autres principales agences de notation internationales. 

Covid- 19: Un chef d’Etat africain hospitalisé

Covid- 19: Un chef d’Etat africain hospitalisé

En isolement depuis le 24 octobre 2020 après des cas suspects de Covid-19 dans son entourage, un chef d’Etat africain, sur recommandation de ses médecins, est rentré dans une unité de soins spécialisés.

Covid-19/Origines : les premières conclusions de l’enquête de l’OMS à Wuhan

Covid-19/Origines : les premières conclusions de l’enquête de l’OMS à Wuhan

L’équipe d’experts chinois et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en mission à Wuhan pour tenter de découvrir les origines de la pandémie de Covid-19 a présenté les premières conclusions de son travail d’enquête, ce mardi 9 février dans la ville chinoise.

L’AFD débloque plus de 198 milliards FCFA pour la FIDA pour lutter contre la faim et le changement climatique

L’AFD débloque plus de 198 milliards FCFA pour la FIDA pour lutter contre la faim et le changement climatique

L'agence française de développement (AFD) a octroyé le 12 novembre 2020, un prêt d’environ 196,8 milliards FCFA au Fonds international de développement agricole (FIDA), pour lutter contre la pauvreté et la faim dans les milieux rurales à travers le monde et aussi contre le changement climatique. Ce prêt servira également à aider les petits exploitants agricoles des pays à haut risque. 

Le nombre de passagers devrait chuter de 244% en 2020 en Afrique (IATA)

Le nombre de passagers devrait chuter de 244% en 2020 en Afrique (IATA)

Le nombre de passagers à destination, en provenance et à l’intérieur de l’Afrique devrait avoisiner 45 millions en 2020 contre 155 millions en 2019, soit une chute considérable de 244%. Données de l'Association internationale du transport aérien (IATA) rendues publiques le 21 octobre 2020.